Thursday, 11 October 2007

悠遊自在 / Être libre pour créer

最近各方中文博格都在談論李安導演的 「 色,戒」(中文片名不是 戒!色 嗎 :?),看得我多麼肉緊,不知何時在法國上畫呢。 書沒看戲未睇,我當然不會跟著評論起來,不過這兩天讀藍先生的專訪王蕙玲時,看到兩句自己喜歡的:『沒有膜拜之心,才能悠遊自在』。 原文全句是: 「... 李安與其他導演最大不同的地方在於他從來不是張迷,從來沒有想過要複製張愛玲的文字影像,沒有膜拜之心,才能悠遊自在,才有可能重新創造小說在文字之外的另一種生命。」

也許,創作都需要這種心情,才能海闊天空,造出新意。

Récemment, le film « Lust, Caution » de Ang LEE est devenu le "talk of the town" parmi les bloggers chinois de Taiwan, de Hongkong, et de la Chine. J'attends alors impatiemment qu'il sorte dans les salles en France ! En lisant les critiques, j'ai vu une phrase intéressante dans un blog taïwanais, et j'essaie de la traduire ici : " on serait libre sans avoir de la dévotion de quelqu'un" . La phrase entière dans le texte est: "La différence entre Ang Lee et les autre réalisateurs, c'est qu'il n'admire jamais Eileen Chang, l'auteur du livre adopté (wiki en anglais ici), et il n'avait donc aucun d'intention de copier les images du texte crées par Chang. Alors puisqu'on est libre sans avoir de la dévotion, on arrive à créer une autre vie du texte hors du livre. "

Probablement nous pouvons impliquer cette philosophie dans toutes les créations... Plus on est libre, plus on arrive à créer.

3 comments:

梁伯 said...

Partager l’avis!!!!!

Anonymous said...

"Plus on est libre, plus on arrive à créer."

Très intéressant. L'opinion la plus répandue en France, appuyée par des tas de citations de personnages tous plus graves les uns que les autres, est qu'on ne crée bien que sous contraintes. Raymond Queneau, Georges Perec en ont fait une telle règle de vie/écriture que la moitié au moins de ce qui s'écrit en français aujourd'hui considère le "dispositif" des contraintes comme plus important que l'histoire racontée.
Sur le net, J-P Balpe en est le chef de file, avec ses logiciels d'écriture automatique.
Du coup, la phrase de Ang Lee prend une saveur et un relief vraiment neufs : rafraîchissant.
Jean-Paul

michelle said...

梁伯 et Jean-Paul, je vous remercie beaucoup pour vos message !! Par hasard, j'ai vu récemment un interview de Terry Gilliam dans "Le Court des Grands" (un DVD http://www.courtdesgrands.com/) qui me fait penser au sujet "d'être libre pour créer" de nouveau.  

Dans l'interview, Terry Gilliam dit qu'il n'aime pas d'école des films ...  puisque, quand on connaît tous les techniques des films, on devient un encyclopédies, ce qui atténue la sensation de faire vraiment des choses.  Il préfère de savoir moins, pour qu'il puisse, au moins, lui convaincre de faire quelques choses originales....  Enfin donc, au moins il ne saurait pas même s'il a fait une copie.  Il conseil que les réalisateurs mieux font un film sans connaître les autres oeuvres... c'est à dire de travailler d'une manière plus instinctive, plus libre.

Je pense que cela était ce que je voulais m'exprimer.

Jean-Paul, ce que tu dis est intéressant, et peut-être même discutable. Je n'ai pas assez de connaissance pour discuter la partie de la littérature française. Personnellement, je crois qu'il est nécessaire d'avoir un certain savoir-faire (donc peut-être l'étude) pour faire certain chose, mais qu'on a après tout besoins un esprit libre pour la création :)

Je voudrais aussi clarifier que je n'ai pas bien expliqué dans le texte français. En fait, la phrase " on serait libre sans avoir de la dévotion de quelqu'un" était un extrait d'un interview de Wang Hui-ling, écrivain de scénario du film. Donc c'était plutôt une phrase de Mme Wang, quand elle disait que Ang Lee n'admire jamais Eileen Chang...

Related Posts with Thumbnails